Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Spiritualite aiguë

Spiritualite aiguë

Aujourd’hui nous sommes, dans certains milieux dits du développement personnel, noyés par la culture prétendue spirituelle. Que de palliatifs à la grande solitude !

Ces gens-là parlent de " source ", de " connexion ", du " lâcher prise ", de la " loi d’attraction ", une avalanche de mots consensuels qui en fait ne font que permettre ou presque, à leurs pratiquants, de se reconnaître entre eux et de développer un langage et des attitudes de connivences.

En novembre, un exemple parmi tant d’autres, avec une amie, je me retrouve autour d’une coupe d’un champagne millésimé avec un thérapeute internationalement reconnu. La maison est à l’image de la névrose de la réussite, tout est au moins feng shui, calculé, disposé pour que circulent les énergies vivantes, pour attirer le meilleur, fleuri savamment, écran d’ordinateur gigantesque, système de son raffiné, nourriture bio et exotique, livres sur le dzogchen, etc. On ne trouvera ici aucun livre profane, que des choses sur et autour de la prétendue  " essentialité " !

Notre homme prétend créer non seulement son existence mais il va encore plus loin, à moins que cela en fasse partie intégrante, il remodèle le paysage autour de chez lui et oriente avec diligence toutes les conversations pour qu’elles se hissent à un certain niveau.

Nous sommes invités par des élites, même un aveugle de ma sorte le flaire à pleine narine, et je décide de faire, en dilettante, de l’ethno-sociologie, mais je ne sais pas ce qui va me traverser exactement. Je me surprends souvent moi-même !

Nous nous trouvons dans la tribu, en voie d’expansion, des chercheurs de vérité qui désirent que leur quête soit reconnue !

Ici on ne grandit pas dans l’anonymat mais dans le regard des autres !

On ne pratique pas la souffrance intentionnelle pour faire l’hospitalité à la Vie telle qu’elle est, pour faire trébucher les mécanismes du bonheur éphémère, mais on change les couleurs des poissons de notre aquarium mental pour qu’elles soient plus chatoyantes !

Notre homme souffre d’une maladie non encore répertoriée, la spiritualite aiguë - terme pas encore breveté - et les symptômes sont manifestes : l’identification à un gonflement égotique positif, une écoute volontaire, une pluie de convictions assénées, des références stéréotypées aux dires des sages patentés, et un évitement du vulgaire et du trivial, etc…

Chez ces gens-là on ne juge pas, on aime ! C’est vous dire comme ils sont évolués !

Et ils soignent à prix forts ceux qui viennent à eux car ils savent que nous nous provoquons les maladies et que nous avons la toute possibilité de nous en défaire vu que nous sommes créateurs de notre existence ! Pour se faire ils ont besoin de complices, mais quand on se prétend malheureux on se jette dans les griffes caressantes de ceux qui sauront nous guérir !

J’entends Coluche dire :

" Arrêtes de m’aider, je n’y arrive déjà pas tout seul ! " 

C’est vrai que cette rencontre, autour d’un bon champagne, dans cette superbe maison, paraît être, si les apparences nous enivrent, un écho lointain du paradis : il y a des gens bien éduqués, raffinés, conscients bien sûr, ça va de soi ! Mais ce soir-là il y a, comme dans tout paradis, le serpent de service qu’ils n’avaient, pas plus que moi, pu prévoir !

Le serpent se prénomme Jean-Pierre, il est aveugle et il a l’air d’appartenir à leur peuplade, mais les apparences peuvent se révéler trompeuses, surtout quand on veut faire jouer un rôle à quelqu’un qui n’a pas envie d’être pris en otage, ni de forcément ressembler à ce que l’on attend de lui !

" Tu peux me parler de manière profonde de ton expérience de cécité ? " me demande le grand homme, avec l’évidente intention de passer une charmante soirée avec un autre lui-même !

D’emblée je trouve que cela va trop vite dans l’intime.

Je pose ma coupe cristalline, après avoir tout de même trempé mes lèvres dans l’excellentissime breuvage, et émis une mimique de contentement :

" Oh tu sais mon rapport à la cécité on verra plus tard quand je serai un poil désinhibé par l’alcool, c’est douloureux tu sais et je n’en parle pas au premier venu comme ça ! "

Puis soudainement animé par le désir de m’amuser, le provocateur refaisant surface, je déploie mon jeu :

" Qu’est-ce que tu as pensé du match Marseille-Paris Saint-Germain samedi dernier ? "

Wahou ! la stupéfaction ! L’espace vibre d’une indignation contenue. Je commence à me régaler.

Je devrais lui dire, pour le secourir et lui autoriser une béquille pour se reconnecter avec son équilibre théâtral, que je suis un maître zen, que mes spontanéités sont autant de koans visants à le re-brancher avec son  " essentialité " disons matricielle .

Mais je suis un homme humble, personne ne le sait, mais les gens sont comme moi, ils ne voient que ce qui les arrange ! Alors je continue :

" Tu sembles déconcerté ? Le foot est un sport populaire qui relie les gens par la passion voire par un véritable enthousiasme chez certains spécimens plus évolués ! "

Ce soir-là j’apprendrai que je devrais développer mon masculin.

-" Ca coûte combien ? " 

Que si je travaille sur mes perceptions internes je percevrai enfin les couleurs en ressentant leurs fréquences et deviendrai enfin un aveugle voyant.

Que je ne laisse pas suffisamment l’autre " développer son fil "  dans la discussion.

Spiritualite aiguë
Ces pros de la thérapie se comportent d’une certaine manière, sont certes attentifs, s’efforcent à être présents, calmes, mais ils sont dressés ainsi, c’est une formation et non pas une spontanéité.

Ces comportements n’ont absolument rien à voir avec la Conscience éveillée.

Certaines personnes atteintes de la spiritualite aiguë prennent ces caractéristiques comportementales pour un signe d'illumination, alors qu'elles sont le résultat d’une formation pour devenir psychothérapeute. Je ne sais pas s'il y a vraiment des indices qui caractériseraient l’éveil, si ce n’est être à l'aise et paisible parce que en totale adhésion avec soi, quelle que soit notre expression.

Je suis chez des professionnels qui savent comment les choses et les gens devraient être.

Manifestement Dieu s’est planté, mais entre le fromage et la poire j’apprends qu’arrive 2012, " non pas la fin de l’humanité mais un passage vers un autre plan de conscience. "

Et évidemment ces gens avisés sont le levain qui annonce la nouvelle humanité, l’humanité aimante après l’humanité pensante.

 

Mon hôte, qui se dit très présent à force d’avoir développé une attention ouverte, veut me guider pour rejoindre la voiture de l’amie qui m’accompagne. Je ne sens pas cette proposition de guidance, mais comme il me reste, oh par pure compassion, un soupçon de culpabilité pour ressembler à mes sœurs et frères humains souffrants, j’accepte de mauvaise grâce. Et le grand homme me fait trébucher dans un trou, comme quoi il est préférable d’être vrai plutôt que de tenter de représenter un vernis de gentillesse, me dis-je, tout en me massant la cheville.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Jean-Pierre Brouillaud

amoureux de l'inconnu voyageant pour l'Aimer davantage !
Voir le profil de Jean-Pierre Brouillaud sur le portail Overblog

Commenter cet article

Marilyne 09/08/2011 07:58


Bonjour Jean-Pierre,

quelle rire quand j'ai lue cela merci pour ce clin d'oeil

c'est un plaisir ce blog.

marilyne


Brice 17/06/2011 10:24


Quand on confond le psychique et le spirituel, la parodie n'est jamais loin?
Merci jp et à bientôt!


Jean-Pierre Brouillaud 17/06/2011 10:55



merci Brice pour ton discernement



anne 17/06/2011 06:18


Excellent. Comme si j'y étais...
PS: ce post est un bon vaccin contre la spiritualite aigüe


Jean-Pierre Brouillaud 17/06/2011 09:21



MERCI ANNE  , et à propos de spiritualité non ai^guë cette fois-ci sachez que Luis Ansa est mort hier



Dominique 16/06/2011 14:10


Merci Jean-Pierre,
En lisant ce texte, un petit sourire complice vient d'illuminer mon visage pendant quelques secondes.
Au plaisir d'une prochaine fois.
Dominique


Jean-Pierre Brouillaud 17/06/2011 13:29



et dans ce sourire nous nous rencontrons dominique