Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouvelles du Blogueur

Nouvelles du Blogueur

Bonjour à tous,

 

Je vous apporte des nouvelles. Je fais cela rarement, privilégiant les textes plutôt que les infos, mais tout change même le changement !

L’été est arrivé, et je crois que nombre d’entre nous préférerons les plages, la montagne, les voyages ou l’oisiveté sans objectif aux écrans, et je serai de ceux-là, ce qui signifie que l’estomac du blog ne va pas être gâvé et pourtant il ne dépérira pas ! Il restera offert à ceux qui le découvriront.

 

Je ne fais jamais de bilan, mais comme jamais est un gros mot dans ma bouche, je vous informe que le blog a maintenant 32 mois d’existence, environ 40000 visiteurs et plus de 110000 pages consultées. Et que de liens éphémères ou durables ! Que de propositions diverses, la dernière en date étant d’aller passer quelques jours invités gracieusement dans un gîte qui serait conçu pour entre autre accueillir des personnes à mobilité réduite dont je fais parti. On attend de mézigue que je re-pense l’accessibilité si toutefois il y a quelques choses à modifier.

 

Je devrais voyager vers la Croatie via l’Italie la Suisse, etc, entre la mie juillet et la mie août , si la santé de mon père me le permet.

Et comme je fais allusion à l’état de santé de mon vieux père, je dis et rabâche que si je n’ai pas pu vraiment honorer le projet " invitez-moi ", Marion, Dominique, Marie-Reine, Marie-France, Alain et les autres, j’annonce si ça reste d’actualité pour vous que je ferai ma septembrale rentrée chez vous. Dites-moi si ça vous convient. Merci.

 

Un temps j’étais sur un projet de film avec Michèle Decoust  « les yeux de l’âme », mais ce projet a perdu de sa consistance : histoire à suivre. Mais du côté images, il y a un petit documentaire 

 

La cabane / Musique de pluie

De mon amie Ambre Murard qui fut sélectioné au festival internationnal du documentaire à Marseille et y fut projeté les 5 et 7 juillet. Je reviens de ce festival, belles rencontres, et Ambre compte poursuivre et aggrandir les petites six minutes de ce court film en venant me retrouver et me filmer en ardèche un peu avant le festival du documentaire qui aura comme chaque année lieu à Lussas entre Aubenas et Montélimar vers le 20 août.

 

Ah oui une petite anecdote comme j’en rafolle.

Un jour je reçois un mail de mon amie Evelyne Denize de Lisieu où je trouve un lien vers France musique, une interview de Patrice Franceschi . J’écoute attentivement cet aventurier qui fait parti de la société des explorateurs français, capitaine de la Boudeuse, et dont j’ai lu des articles qui ont excités mon imagination en leur temps, notamment lorsqu’il est passé clandestinement en haute Birmanie pour vivre avec le peuple Naga. Et qu’entends-je ? Il a ramassé en auto-stop en 1974 , sur la route de Madrid, un aveugle français qui voyageait seul et partait pour un tour du monde. Il se souvient avoir prêté ses yeux à ce voyageur atypique l’espace d’une nuit à discuter dans les bars et aimerait savoir ce qu’il est devenu.

Ce n’est pas moi, j’étais en Turquie à cette époque-là.

Le chapitre recherche de l’auto-stopeur aveugle eût pu se fermer là, mais il y eut une suite.

J’étais dans une voiture roulant vers Toulouse avec ma charmante cousine Ghislaine et la sonnerie du portable sonna. Je décroche et une voix qui révèle un homme décidé me demande si je suis bien Jean-Pierre Brouillaud.

A cette question je réponds en principe par l’affirmative.

 

«  Je suis Patrice Franceschi »,

«  et moi un voyageur aveugle mais pas celui que vous cherchez ! »

Et la traque de l’aventurier aveugle ne s’arrête pas ici, avant-hier Philippe Bertrand, journaliste de France inter m’appelle pour poser la question identitaire désormais bien connu :

« Jean-Pierre Brouillaud je suis allé sur votre blog, seriez-vous ce voyageur aveugle qui auto-stopait en 1974 en Espagne ?

« Vous lisez Patrice Franceschi en ce moment ?

«  Je dois l’interviewer pour une émission qui passera le dernier dimanche d’août sur nos ondes .

Et moi à mon tour je vous invite amis « es » lecteurs à me fournir une pistes pour retrouver cet aveugle confrère nomade ?

Je me laisse prendre au jeu de l’enquête, celle ou celui qui me donnera le lien vers cet aveugle atypique gagnera la possibilité de venir auto-stoper avec moi à travers la région de son choix.

Et en septembre je tente l’aventure nouvelle, celle du monde de l’édition, un voyage dont je ne connais pas les règles. Je proposerai un livre de nouvelles, dont nombre de textes du blog mais revisités et corrigés.

 

Une journaliste dont je tais le nom pour le moment a contactée quelques dizaines de gens : Jean-Yves Leloup, Jean-Marie Pelt, Pierre Rabi, Henri Gougaud, Boris Cyrulnik, etc, et nous a envoyé un questionnaire à chacun.

Le jeu était de répondre à dame sagesse qui nous invitait à sa table pour mieux nous connaître.

Les « devoirs » seront réunis en un ouvrage, je vous tiendrai au courant.

 

Je vous remercie, je trouve cela magique d’être lu par des gens que l’on n’a jamais rencontré !

J’écrirai un poste sur cette sensation, mais pour l’heure je vous souhaite un bel été,

Et je vous raconte une histoire qui naturellement met en scène mon infidèle ami Nasrudin.

 

L'imam a de sérieux doutes sur la foi de Nasr‘Eddin, d'autant qu'il ne fréquente guère la mosquée. Puisqu'il est de son devoir de faire rentrer au bercail les brebis égarées, il vient un soir lui faire ses remontrances.

- Tu me sous-estimes beaucoup, lui répond le Hodja l'air pénétré. Je suis peiné que tu n'aies pas compris qu'en fait je suis un grand mystique, affranchi des formes et des circonstances extérieures.

- Peux-tu m'en donner une manifestation ?

- Eh bien, je suis tellement rempli d'amour divin que tout ce qui surgit devant mon regard, je crois que c'est Lui.

- Et si c'est ton âne ? ironise le religieux.

- Non, là je sais immédiatement que c'est toi !

Et profitant de l’hébétement momentané de son vis-à-vis, il rajoute provoqueur et narquois :
- Vois-tu imam , ce qu’il faut voir c’est que nous avons tout juste assez de religion pour nous haïr les uns les autres, mais hélas pas suffisamment pour nous aimer les uns les autres.

« Si le connu disparaissait, la connaissance apparaîtrait », disait Ibn' Arabi.

 

Nouvelles du Blogueur
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Jean-Pierre Brouillaud

amoureux de l'inconnu voyageant pour l'Aimer davantage !
Voir le profil de Jean-Pierre Brouillaud sur le portail Overblog

Commenter cet article

Dominique 11/07/2012 11:19

Jean-Pierre,
Bien sûr que mon invitation est toujours d'actualité.
Au plaisir de te rencontrer.
Dominique