Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un saut dans le vide

Un saut dans le vide

" La peur existe quand je désire vivre dans un modèle particulier 
Vivre sans peur signifie vivre sans aucun modèle particulier .
La peur surgit quand j'exige une façon de vivre particulière . "

J. Krishnamurti



Un soir au Sénégal, en 1988 , la peur était au rendez-vous .
Il me semble que la peur est toujours là , tapie dans notre obscur ,
mais pour la rencontrer il convient de se mettre sur une certaine
fréquence , de l'appeler en quelque sorte.
L'ami , enfant du Perreux-sur-Marne , avec qui je voyageais en Afrique de l'ouest, était parti hanter les bars Dakarois de minuit où les femmes brillent comme des pierres précieuses que désirent les hommes fascinés par leurs éclats. J'étais resté seul sur le voilier où nous étions , disons-le franchement , un peu clandestins .
En apprenant que le propriétaire était parti en métropole, avant de
faire la grande traversée , poussés par les alizés vers les lointaines Amériques, nous nous étions arrangés pour squatter ce voilier confortable .
Il était à l'ancre au bout d'un ponton métallique, un peu isolé .
Il devait être une heure du matin , j'étais seul à bord, quand une envie pressante me conduisit dans les toilettes. Je tirai la chasse d'eau et un terrible vacarme se déclencha.
Ce rugissement ne s'arrêta pas , tant et si bien qu'une crainte s'infiltra en moi sournoisement. Elle finit par me parler, me tutoyer même, m'ordonnant de quitter le bateau qu'elle me disait être en danger .
Je finis par la croire, mais le projet d'évasion, évident pour quelqu'un qui voit, prenait des allures picaresques pour un bonhomme sans regard .
En effet le voilier bercé par la houle ne cessait de se rapprocher et de s'éloigner du ponton flottant .
En observant ce va et vient entre le voilier et le ponton , qui pour moi pouvait s'avérer fatal , dans mon for intérieur, je découvris à l'oeuvre deux corps, complices bien que conflictuels en apparence, celui de la peur et celui du désir. Je pressentis alors que ces deux oppositions indissociables érigeaient en moi le mur qui me séparait de l'action .
Je me tenais là , sur le pont du voilier , debout dans la nuit, indécis , tâtant du bout de la canne blanche le métal du ponton qui se rapprochait puis s'éloignait de manière irrégulière.
Je tentai de calculer à quel moment je devais bondir pour retomber sur ce quai flottant , quand m'apparut une autre abominable donnée : si je sautais trop loin , je risquais également de choir dans l'eau sombre mais de l'autre côté car j'ignorais la largeur de cette plate-forme.
Donc si je ne sautais pas suffisamment loin, je tomberais entre le voilier et l'objectif assigné, si je bondissais avec trop d'ardeur, je basculerais dans la mer.
Et ce qui me terrorisait par-dessus tout , ce n'était pas de choir dans ce corps liquide, bien que la natation ne fut pas mon mode de déplacement favori , mais l'évidence que je ne pourrai pas m'en extraire seul , car, on n'escalade pas la coque d'un voilier, pas plus qu'on ne peut saisir un ponton au-dessus de la surface de la mer. Et étant privé de regard, je réalisais que je ne saurai pas davantage vers quoi nager bien que la terre ferme ne pouvait être très éloignée .
Je tentais de ressentir distinctement l'effroi et l'envie de faire le bond possiblement salutaire . Ces deux faces de la même médaille tentaient de me jeter en même temps sur des chemins opposés , celui d'abdiquer et de couler avec le bateau ou celui de bondir au risque de disparaître dans les océanes nocturnités . Mais quoi qu'il arrive, il fallait qu'émerge un choix , l'idée même me paralysait, et surtout il fallait que j'accepte par anticipation les conséquences .

Un saut dans le vide

L'inconfort résultait uniquement de mes indécisions, de cette impression de se trouver devant un carrefour, sans savoir quelle route choisir .

J'aurais voulu recevoir un conseil, le bon , évidemment , mais il n'y avait personne au numéro que je composais .

Et je ne sais pas qui ou quoi m'a poussé, je n'ai rien décidé, rien senti, rien choisi. Je me suis retrouvé à quatre pattes sur le ponton où le métal était comme écrit en braille, sans doute des points anti-dérapant.

Je me suis assis, une terreur rétrospective fit ressurgir une conversation avec un Casamançais rencontré sur l'île de Gorée le matin même.

Il y était question de requins qui dévoraient les esclaves récalcitrants que les négriers jetaient à la mer .

Je me suis secoué , et j'ai évolué très prudemment, pieds et mains fouillant le ponton, jusqu'à ce que je détecte que quelque chose le faisait trembler . Puis des voix finirent par me parvenir , au début confondues avec le déferlement des vagues.

J'appelai ces gens, qui marchaient en riant et en parlant fort vers leur voilier, et qui furent, vous le devinerez, plutôt surpris de rencontrer un homme , un aveugle , à moitié rampant , dans ce lieu et au mitan de la nuit .
Je leur expliquai mon histoire . Ils me guidèrent jusqu'au voilier , éteignirent la pompe qui continuait à bourdonner de manière inquiétante .

En fait , m'expliquèrent-ils , il n'y avait plus d'eau dans la chasse d'eau et la pompe cherchait désespérément toujours à en aspirer . Et il me dirent également qu'il faudrait sans doute changer un joint , mais je ne sais plus bien .

Avec une certaine effusion , je saluais et remerciais mes " sauveurs ".

Au moment de leur départ, je leur demandai s'ils connaissaient le propriétaire du voilier , puis j'allais me glisser sur ma couchette . J'étais doublement rassuré , ces gens , légèrement ivres , repartaient demain du port de Dakar , ainsi ils ne moucharderaient pas notre clandestinité ; et le voilier était encore sur l'eau , et moi j'étais dans une cabine, à présent silencieuse, et les vagues me berçaient délicieusement.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Jean-Pierre Brouillaud

amoureux de l'inconnu voyageant pour l'Aimer davantage !
Voir le profil de Jean-Pierre Brouillaud sur le portail Overblog

Commenter cet article

shandora 17/01/2010 16:49


tu devrais écrire des livres; à part cette histoire et la leçon qu'elle contient, tu as une façon captivante d'écrire...nous, qui le lisons, nee sommes pas aveugles, mais on s'imagine dans ta peau,
tellement c'est bien décrit...et de ce fait, tu nous fais réfléchir, tu nous aide à comprendre....quel cadeau!!!


anne c 15/01/2010 19:38


Jean_Pierre, j'avais l'impression d'y être. Combien de fois cette peur et ce désir, doubles faces d'une même pièce m'ont-il tordu le corps et la tête.
Je passais avant en force. Maintenant j'essaie de goûter au maximum la peur et j'agis avec elle plutôt que contre elle. Tout à coup la pression exercée par les deux pôles s'amenuise.
Merci pour ce partage.


Cesar 15/01/2010 10:10


Il me revient ces quelques mots d’Arnaud Desjardins : « Nous avons peur de ce qui nous attire au plus profond de nous même »
Peur du vide , mais oui, c’est très simple le vide m’attire et me fascine et m'attire irrésistiblement …que dire de la mort ?
La peur ? Mais c’est un merveilleux moteur de vie, une invitation au voyage.
Si ça m’attire c’est parce que ça me fait peur
Si ça me fait peur c’est que ça m’attire
C’est qu’il y a quelque chose à aller voir.
Le vide, la mort, l’autre, un cœur qui peut s’arrêter de battre, un tremblement de terre, le virus de la grippe, la pluie, ma fille, la fin du mois…
A l’autre bout du monde ou juste là au coin de la rue…
Entendre l’appel, répondre à l’invitation.
Pourquoi ça m’appelle ?
Pour ne plus avoir peur ?
Pourtant,toujours une autre peur derrière la peur et encore et toujours la même invitation…
Alors découvrir que la peur dans sa bonté infinie nous organise le voyage qui nous correspond exactement :
Voyage en solitaire
Voyage en musique
Voyage au bout de la nuit
Voyage astral
Voyage au bout de la rue
Voyage en fanfare
Voyage sordide
Voyage culinaire
Voyage trou du cul
.....
peu importe mais il faut savoir que si la peur à le sens du détail, elle a aussi un sacré sens de l’humour : le voyage est un aller simple sans retour…
tendresse
Jean-Claude