Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La méprise de Nasrudin

La méprise de Nasrudin

" Les apparences sont simplement notre propre interprétation de ce ­qui est. "

Lee Lozowickk

 

Il arriva que Mulla Nasruddin rendit l'âme.

Ses deux disciples se suicidèrent car sans le Maître, que pouvaient-ils faire ?

Tous trois frappèrent à la porte de l'autre monde, Mulla en tête, les disciples derrière. Le Portail était magnifique.

 

" Regardez, dit Nasruddin. Voici ce que j'ai promis et je tiens toujours mes promesses: nous sommes arrivés au ciel ! "

Ils y entrèrent.

Le guide les conduisit dans un merveilleux palais et leur dit :

" Désormais vous allez vivre ici pour l'éternité, et si vous avez besoin de quoi que ce soit, vous n'avez qu'à me le dire, je vous satisferai immédiatement. "

" Vous voyez, dit Mulla à ses deux disciples émerveillés, voici ce que j'ai promis et j'ai tenu ma promesse: nous sommes au paradis. "

 

Pendant sept jours, ils vécurent un véritable enchantement car quels que fussent leurs besoins, leurs souhaits étaient aussitôt exaucés, n'importe lesquels, même les moins avouables.

Tous leurs désirs, depuis des millions de vies, furent satisfaits en 7 jours car il n'y avait pas d'effort à faire, aucun temps perdu. Il leurs suffisait de demander et ils étaient aussitôt comblés sans délai.

Mais arrivés au septième jour, ils commencèrent à ressentir la frustration, car comment peut-on apprécier ce que l'on obtient sans effort et trop facilement ? Lorsqu'on a aussitôt ce que l'on désire, qu'il n'y a plus d'intervalle entre le désir et sa satisfaction, la lassitude nous empoigne et l'ennui nous chevauche. C'est pourquoi certains riches sont tellement éteints. Voyez ceux qui ont tout, souvent ils sont mornes, blasés de tout parce que tout est à leur disposition.

L'abondance peut être un très grand problème, plus grand que la pauvreté, plus grand que la famine !

Le septième jour ils étaient blasés, car ils avaient goûté aux plus jolies femmes, aux vins les plus coûteux, aux meilleurs plats, aux plus précieux vêtements. Ils vivaient comme des empereurs. Mais que faire ensuite ?

Le septième jour Mulla demanda au guide :

" Nous aimerions jeter un coup d'oeil sur le monde d'en bas. Nous voudrions ouvrir une fenêtre pour regarder la terre. "

" Pourquoi ? " demanda le guide.

Mulla répondit :

" Ce sera utile, rien que pour raviver notre intérêt et pour retrouver nos désirs. "

Le guide obéissant ouvrit donc une porte.

Nasruddin et ses disciples regardèrent les gens sur la terre.

Ils observèrent les vivants luttant Leur vie entière sans parvenir à grand-chose et le contraste leur fit retrouver un temps l'appétit.

Ils passèrent à nouveau 7 jours agréables, mais de nouveau ils en eurent assez. Maintenant le même remède n'opérerait plus, regarder simplement le monde ne servirait plus à grand-chose, ils s'étaient immunisés. La comparaison ne les excitaient plus.

Mulla dit alors à leur guide :

" J'ai maintenant une autre requête ridicule: nous aimerions ouvrir une porte sur l'enfer pour pouvoir le regarder et retrouver par comparaison notre goût de vivre. Mais nous avons peur, car que ferons-nous après ça ? "

Le guide se mit à rire et lui répondit :

" Mais où croyez-vous être ? "

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Jean-Pierre Brouillaud

amoureux de l'inconnu voyageant pour l'Aimer davantage !
Voir le profil de Jean-Pierre Brouillaud sur le portail Overblog

Commenter cet article