Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La force hypnotique du mensonge

La force hypnotique du mensonge

La force hypnotique du mensonge

Ou ne voir que ce qui nous arrange.

 

De sept ans à seize ans, j'ai poursuivi ma scolarisation dans une institution pour aveugles et amblyopes. Mon acuité visuelle allait en se dégradant. Comme je connaissais les gens, les lieux, et que j'écrivais déjà en Braille (pour ne pas trop solliciter le filet de vue restant), lorsque  je devins définitivement aveugle, je ne pus me l'avouer tant mon déni était compact.

Pouvez-vous concevoir une telle allégation : j’étais aveugle et je n’étais pas au courant ?

Essayez de ressentir la puissance de ce mensonge qui  découle de la peur de regarder la vérité  toute nue !

Cela signifie entre autre que ce sont les autres en premier qui découvrirent que j’étais désormais aveugle.

Ca en dit long sur la force hypnotique du mensonge, non ?

 

Ne voyant plus, et ne le sachant pas encore, je continuais à identifier,  mais avec l'ouïe désormais, les camarades et les professeurs. Et je me déplaçais dans les cours, les classes et les dortoirs, mu par la seule faculté de la mémoire et les premiers balbutiements de l’écholocation. Ainsi je pouvais encore me faire croire que je voyais parce que la capacité mémorielle associée au décodage de la répercussion de mes propres «bruits» sur l’environnement physique suppléait aux yeux manquants. 

Nous sommes dotés d’une fabuleuse capacité d’adaptation, ainsi même mes inclinaisons ludiques se modifièrent.

Les jeux auxquels je ne pouvais plus participer, par manque de vue, tel que le football, je décrétais qu'ils ne m'intéressaient plus, la pop-music et les copines requérant toute mon attention dès lors.

 

 Cela ne se fit pas, bien sûr, sans quelques plaies et vexations, et autres malentendus. Mais l'oubli est le grand collaborateur du mensonge, tant et si bien qu'il fallut que la Vie engendrât une situation incontournable pour que l'évidence de ma cécité me soit enfin signifiée. 

Et encore aujourd’hui il m’est impossible de dire, à presqu’un an prêt, à quelle date la vision m’a-t-elle quittée définitivement.

C’est tout bonnement stupéfiant ! 

Je fus, en 1972, prié de quitter l'école située à Angers, donc le connu. Et, à la prochaine rentrée, je fus admis dans une institution spécialisée, à  Paris, où, écorché vif et plus rebelle que jamais, je me retrouvai lâché  dans l'inconnu, seul face à la vie. Je ne pouvais plus tricher en marchant dans le souvenir de l’endroit tout simplement parce que je ne le connaissais pas. 

Et là ce fut l'insoutenable désillusion, sous la forme d'une confrontation d'un faux moi-même avec un moi-même plus actualisé.

N’ayant plus la mémoire comme alliée, je me perdais, me heurtant à tous les  murs et dans tous les meubles. Et alors, au paroxysme de l'humiliation, je dus, (et cela pour la première fois de ma vie), et surtout au vu et au su de tous, tendre les mains devant moi pour tenter de repérer mon chemin.

Ce fut une terrible blessure narcissique.

L'évidence, en maître intraitable, me hurlait ce que je ne voulais pas voir alors. 

J'étais aveugle, que cela me plaise ou non, peut-être même depuis un an ou deux, et je l'apprenais là, avec ce garçon affable que je frappai sauvagement lorsqu'il s'offrit de m'aider dans un déplacement. 


Etre aveugle et ne pas le savoir, puis un jour le découvrir, en dit long sur notre capacité à  nous aveugler nous-mêmes !  
 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Jean-Pierre Brouillaud

amoureux de l'inconnu voyageant pour l'Aimer davantage !
Voir le profil de Jean-Pierre Brouillaud sur le portail Overblog

Commenter cet article

veronique Weinberger 18/02/2014 17:33

j'arrive à la fin de ton blog ( qui va continuer , bien sûr ) que j'ai lu jour après jour , te découvrant peu à peu .
Ta vie est une incroyable aventure autant intérieur qu'extérieur , j'en ai pris connaissance avec joie et émotion .
Ici et là j'ai mis parfois un petit commentaire , parfois rien , tout simplement parce que je ne trouvais pas de mot pour le dire . . .
A bientôt Ami

marcel séjour 09/11/2009 17:47


Bonsoir Jean Pierre

Je viens de lire tes articles; j'ai été ramené trente ans en arrière; je peux distinguer les inflexions de ta voix.J'ai revu des images, le lavoir à Khartoum, les rues de Mombassa. Handicap, pas
handicap; confrontation à la société dans laquelle on se meut. Confrontation à la normalité, à la norme, au culturellement correct. Acceptation, parfois, parce qu'il le faut bien. Quel autre choix
possible sinon la névrose?
Ecorché vif, aujourd'hui comme hier. Interrogateur, aujourd'hui comme hier. Fier, aujourd'hui comme hier. J'ai aussi ressenti des élans de tendresse, aujourd'hui comme hier.
Je t'embrasse
Marcel