Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'art de cultiver son propre malheur

L'art de cultiver son propre malheur

Parvati assise sur le mont Kaïlash, reproche à Shiva, son époux seigneurial, son manque d'équité à l'égard des hommes.

Il ne répond pas à ces reproches et par son pouvoir immense il montre à Parvati ce qui se déroule là-bas, très loin, dans la plaine, sur un pont qui enjambe le Gange.

Il y jette alors un sac de pièces d'or sous le regard déconcerté de Parvati. Au même moment un homme ivre de lamentations s'engage sur ce pont. Il est justement entrain de prendre le Ciel à témoin de sa malchance et jure au Tout Puissant que si un jour il reçoit sa part de bonheur il ne maugréera plus et cessera, sur le champ, de blasphémer.

Il fait encore quelques pas en râlant et d'un seul coup se fige sur place. Il se dit alors que, peut-être, en vérité, il n'est pas le plus misérable des hommes, comme se plaît tant à lui faire remarquer, si ironiquement, sa mégère de femme.

Lui revient brutalement en mémoire l'aveugle qu'il vient d'apercevoir, la main tendue, devant les marches du grand temple.

Il se dit alors, soulagé, qu'il va fermer les yeux en traversant ce pont afin de vérifier qu'il n'est, effectivement, peut-être pas le plus malheureux des hommes.

Et ainsi il passe près du sac de pièces d'or que Shiva a laissé tomber du haut de son pic enneigé, et à sa seule intention.

Parvati hoche alors la tête et plonge à nouveau dans sa méditation, évitant de faire des commentaires.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Jean-Pierre Brouillaud

amoureux de l'inconnu voyageant pour l'Aimer davantage !
Voir le profil de Jean-Pierre Brouillaud sur le portail Overblog

Commenter cet article