Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Votre premier aveugle par Alain

Al For Capitaine...

Al For Capitaine...

  • Faites appel à vos souvenirs : racontez nous la toute première fois que vous avez vu ou rencontré un aveugle ?

Lorsque j’étais élève au collège, le professeur de piano était aveugle.

Souvent à cette époque, ce handicap pouvait orienter vers la pratique de la musique. Je n’ai jamais posé aucune question pour connaître la vie de Monsieur Drevon. Je l’ai connu lorsqu’il était déjà assez vieux pour être un personnage impénétrable. Je n’étais pas son meilleur élève, nos relations étaient distantes. Cependant, il avait besoin de quelques services. J’étais timide et bien élevé. Non, je n’étais pas zélé mais il n’hésitait pas à mettre à contribution de son handicap l’élève souriant et placide que j’étais. Nous avons parcouru la route du Coin, jusque chez lui ou de retour vers le collège. On passait devant le portail de Monsieur Pinet, celui de la « rente » ! Et avec lui au bras, je ne pouvais pas appuyer sur la sonnette... Presque en face de l’immeuble du professeur, le futur célèbre coureur automobile Alain Prost habitait. Son père était gérant d’un hôtel étoilé de notre petite ville. A cette époque, Alain était comme moi, un élève des frères Maristes qui dispensaient l’éducation qu’il fallait aux fils de petits bourgeois. Accompagner un aveugle, nous étions élevés pour ne pas refuser. Nous apprendre la musique n’était peut-être pas sa vocation. Les aveugles aussi ont leur caractère et le sien était assez fort pour faire barrage aux plaisanteries mal placées. Aller ou retour chez lui était la monnaie de son sacerdoce.

Votre premier aveugle par Alain
  • Que vous évoque la cécité ?

Fort de cette expérience, la cécité reste pour moi une vraie tristesse teintée de mélancolie. Je ressens l’absence de vision comme une douleur et comme toute épreuve, elle apporte souvent des capacités d’exception. Mon professeur de piano n’avait pas besoin de son regard, mais seulement de son oreille exercée pour savoir les fautes de « doigté », l’accord entre les doigts et les notes jouées, si nous nous trompions…

  • Racontez-moi la rencontre que vous rêvez de faire avec trois personnes aujourd’hui disparues ?

- Bernard Moitessier sur la mer. Sa Longue Route m’a « embarqué » à 15 ans… Naviguer, partager étapes et vie en mer, comme les voiliers d’aujourd’hui accordent traversées et escales.

Les roches rouges

Les roches rouges

- Gérard Philipe, parce que mon ami Michel avait hérité de son vélo dans le midi de la France. De lui j’aimerais apprendre sa constante bienveillance envers l’autre.

- La Callas à Bayreuth. Une voix aussi extraordinaire, pour lui redire l’enthousiasme qu’elle inspire…

- Georges Brassens à Sète, sur le Mont Saint Claire, au milieu de ses copains. Mais aussi, Michel-Ange, Rodin, Jules Verne, Pascal, ou encore les musiciens d’aujourd’hui ; la pianiste Yuja Wang ou les compositeurs d’hier, Chopin, Bach,…

La Longue Route

La Longue Route

  • Qu’est-ce qui vous manque ?

Plus d’énergie pour encore et encore découvrir et partager.

  • Vous m’invitez à votre table, vous me faites manger quoi ?

Ce que tu nous auras aidé à cuisiner. Par exemple, une soupe veloutée de légumes.

JPB à la soupe !

JPB à la soupe !

  • Vous avez le pouvoir de faire parler un animal, lequel et pourquoi ?

Un oiseau pour qu’il nous raconte ses envols

  • Que regardez-vous en premier chez l’autre ?

Le sourire.

  • Qu’est-ce qui vous fait le plus peur ?

La panique de l’autre

  • Où m’emmèneriez-vous en voyage ?

A Cuba, Haïti, Madagascar ou dans le pays de la mer

  • Qu’aimeriez-vous le plus décrire à un aveugle ?

Le levé du soleil ; L’aube d’un nouveau jour-en-projet partagé...

Albatros

Albatros

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Jean-Pierre Brouillaud

amoureux de l'inconnu voyageant pour l'Aimer davantage !
Voir le profil de Jean-Pierre Brouillaud sur le portail Overblog

Commenter cet article