Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon amie Véronique, qui rencontre son premier aveugle sous ma forme, me dit qu’elle ne supporte pas de me savoir m’activer dans une pièce sans lumière s’il y fait noir. Je reçois un électrochoc en entendant ses paroles et en réalisant leur sens !

Je n’avais jamais songé, en presque 40 ans de cécité complète, au fait que dans le noir je cuisine ou fais tout autre chose et que ça ne change rien pour moi qu’il y ait ou non du jour ou de la lumière artificielle.

En effet vous me direz qu’étant aveugle je n’ai pas besoin de lumière pour faire quoi que ce soit. C’est vrai, mais je vous avoue que bien que je le savais, je n’avais encore jamais vraiment pris conscience de cela, comme si le savoir était un stade moins opérationnel à une réelle prise de conscience. En recevant en plein cœur les paroles de Véronique, je ressens un trouble, un malaise même. D’un seul coup je me vois agissant ou me déplaçant dans le noir et j’aie envie de crier :

« On arrête cela, stop, je ne suis pas une taupe, je suis un homme, j’ai besoin, que je la vois ou pas, d’être entouré de lumière ».

Bizarrerie comportementale, appelez cela comme vous voudrez ! Excentricité, que sais-je encore, mais c’est pour moi une évidence qui se passe fort bien d’explications et fait des pieds de nez aux injustifiabilités ! (aux injustifiables ?)

Jusque-là je n’avais pas conscientisé que de vivre dans l’ombre ou le noir total ne me plaisait guère, bien que je n’en sois pas toujours informé. Maintenant je consommerai de l’électricité, je jouerai avec les interrupteurs comme tout le monde le fait.

Je rentre dans l’ère hautement critiquable du gaspillage inutile diront les éco-citoyens et les rationalistes de tout poils !

Jusque-là je m’amusais souvent des comportements spontanés des gens qui s’empressaient par exemple d’allumer la lumière dans les toilettes où je me rendais car je risquais selon eux de ne pas la trouver tout seul du fait que je sois aveugle, et autres illogismes comportementaux, mais nous ne vivons pas forcément à partir de lignes de conduites cohérentes, et cela me semble très heureux et parfois même déclencheur d’éclats de rires !

Désormais je suis devenu un aveugle qui ne veut plus évoluer uniquement dans le noir même si d’un point de vue logique cela semble ne rien changer pour lui.

Je crois qu’il y a un truc comme : je veux avoir une forme visible, ne serait-ce qu’être reflété par un miroir. Je ne veux plus être mangé par la nuit.

Je ne vois pas mais j’aime l’idée d’être vu, que ma forme apparaisse sur une vitre, un miroir ou dans de la vaisselle en inox et autres casseroles.

D’ailleurs il m’arrive de me tenir devant la glace dans la salle de bain et de faire semblant de m’observer, oui, oui, oui, et mon opinion n’est pas faite d’avance, il y a des matins où je me trouve vaste comme l’horizon et d’autres où je me fais croire que je suis aveugle !

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Jean-Pierre Brouillaud

amoureux de l'inconnu voyageant pour l'Aimer davantage !
Voir le profil de Jean-Pierre Brouillaud sur le portail Overblog

Commenter cet article